Trois semaines avant Noël Carole arrive par le train au Val-des-Seuls. Elle retourne dans le village de son enfance dans le massif de la Vanoise.

Dans ce village de montagne, son frère, Philippe, et sa soeur, Gaby y vivent toujours. Ils n'ont pas quitté cet endroit rude rempli de non-dits.

Au fil des pages qu'il tourne, le lecteur est transporté entre le passé et le présent. Le passé de Carole est meurtri par des souvenirs d'enfant qui la hantent concernant l'incendie mystérieux de sa maison. Sa mère a dû choisir entre ses  trois enfants lors de l'incendie et a décidé de laisser Gaby dans la fumée. Depuis cet accident, Gaby souffre des poumons et un silence s'est intauré entre frère et soeurs.

Claudie Gallay nous décrit à travers un paysage froid, austère , des vies d'hommes, femmes, enfants en souffrance, en manque de chaleur, en attente de vie meilleure. Malgré ces difficultés tout le monde se retrouve chez Francky le seul lieu vivant et animé du village.

Chez Francky le temps semble suspendu, rien n'a changé, le comptoir, les fauteuils, le juke-box...pourtant le village veut se moderniser en installant une connexion wi-fi, en créant une piste de ski..."Chez Francky la piste était dans toutes les conversations.L'espoir ou la guerre, pour certains pas questions qu'on bétonne leur terre".

Les jours s'écoulent, les matins identiques, à travers la fenêtre Carole observe les bûcherons qui se préparent à leur journée de travail. Comme pour conjurer le sort du retour annoncé de son père, Curtil, Carole se plonge dans une traduction sur la vie de Christo, artiste qui transforme et emballe toutes formes d'objets et d'endroits. Curtil ne montre aucun signe de vie, ce père aux absences répétées, ce père qui a creusé ce vide."Les pères font les failles des filles"

Sous forme de journal, Claudie Gallay met en évidence tous les faits et gestes des habitants,  leur fragilité , l'importance de la nature dans leur vie. Des hommes et des femmes dont les langues se délient très rarement.

Carole souffre de la mort de sa mère, de l'absence de son père, du manque d'amour qu'elle n'a pas, de l'inexistence des liens fraternels entre sa soeur et son frère . Et le 21 décembre au réveil . Il neige. Ce jour-là Carole est apaisée, libérée d'un poids comme si cette blancheur lumineuse recouvrait tous les maux qu'elle pouvait ressentir.

Osera t-elle passer le cap avec Jean...

A travers les yeux de ses personnages Claudie Gallay nous montre qu'il faut poursuivre son chemin.Chacun d'entre nous doit se tourner vers l'avenir.

Son roman est porteur d'espoir.

 

 

Ce roman a été lu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire.Ma note est de 14/20.

Je tiens à remercier tout particulièrement Oliver Moss pour sa confiance.

 

part_ciel_1370525_616x0